par Julien Garnier
publié le

Grand oral du vélo et des mobilités actives à Pau

Une semaine avant le 1er tour des municipale, Pau à Vélo a souhaité entendre l’ensemble des candidats à la mairie de Pau sur le sujet du systéme vélo. Comme cela s’est fait dans plusieurs agglomérations, les tetes de liste ont été invité à partager leur vision de la ville de Pau pour le prochain mandat à l’auditorium du Piano devant une centaine de spectateurs. Il était aussi possible de suivre ce grand oral en live via la page facebook de l’association.

4 listes se sont prêtées à l’exercice, représentée par :

  • M. Damour pour Pau, le renouveau
  • M. Blanco pour Pau arc en ciel
  • M. Marbot pour Pau rassemblé
  • M. Bertonnazzi, représentant M. Bayrou, pour Nous aimons Pau !

M. Bouzon, Pour “Choisir Pau, RN” ne pouvait être présent ni se faire représenter, mais nous a fait parvenir un texte que nous avons lu au public après les différentes interventions.

L’introduction de la soirée, réalisée par une de nos adhérentes, a permis de rappeler l’urgence de développer les mobilités actives et l’importance de réduire la place de la voiture en ville et que le prochain mandat était l’occasion de mettre en œuvre, enfin, une politique ambitieuse.

Après une présentation rapide de l’association, le manifeste de Pau à vélo dans la campagne Parlons vélo ! Municipales 2020, a été balayé de manière à rappeler les souhaits et préconisations de Pau à Vélo pour le développement des mobilités douces à Pau.

Quelques minutes avant le début de la soirée, l’ordre de passage des candidats avait était tiré au sort. Les 4 représentants se sont donc succédés sur scène pour présenter leur vision des mobilités pour les 6 prochaines années et pour répondre aux questions de l’association et du public présent à cette soirée.

M. Damour 🔗︎

Celui-ci a tout d’abord indiqué que la présentation du manifeste qu’il venait de voir lui avait permis de comprendre notre démarche concernant le pont du XIV juillet, le faisant changer d’avis sur la faisabilité du projet !

Il est apparu, durant les 10 premières minutes, que M. Damour, lui-même le disait, n’était pas un homme du tout vélo. Le début de son discours est apparu focalisé sur la problématique de la pollution, dont la solution passerait, selon lui, très probablement, par les progrès de la recherche : voiture propre, voiture électrique, vélo à 4 places avec toit solaire… manifestement M. Damour n’a pas saisi qu’un des problèmes de la voiture en ville était sa taille pour déplacer en moyenne 1.2 personne !

Si les propositions concernant le vélo se sont essentiellement concentrées autour de la sécurisation des grands axes, M. Damour a cependant fait une proposition concrète pour les mobilités : il souhaite réduire le prix des abonnements des transports en commun (1€/24h, 10€/mois) afin de les rendre plus accessibles, sans pour autant aller jusqu’à la gratuité car il se dit lui-même contre l’assistanat.

M. Blanco 🔗︎

M. Blanco a commencé son allocution par 3min de reproches adressés à M. Bayrou, déplorant son absence, lui permettant ainsi d’échapper au constat d’échec de sa politique des mobilités et qualifiant d’inadmissible l’impossibilité de circuler à vélo dans Pau de manière sécurisée.

M. Blanco a ensuite utilisé son temps de parole pour exprimer des positions fortes et ambitieuses en accord avec les revendications de Pau à Vélo et les justifie par les qualités écologistes de sa liste :

  • La voiture est un des contributeurs principaux au réchauffement climatique
  • La société a besoin de sobriété énergétique, c’est pourquoi les mobilités douces ont pleinement leurs places dans les projets futurs
  • Pour combattre la pollution, la sédentarité et rendre agréable l’accès au centre ville, il est nécessaire de remettre en cause la place de la voiture en ville

M. blanco est favorable à l’ensemble des transformations proposées par Pau à Vélo et notamment sa proposition emblématique de piétonnisation du pont du XIV juillet mais précise que ces évolutions ne seront pas imposées mais réalisées grâce à la concertation et à l’expérimentation afin d’obtenir l’adhésion des palois.

Les questions tirées au sort ont permis à M. Blanco de préciser 3 points :

  • Le réseau express vélo sera fait dans la concertation mais ce type de projet est tout à fait réalisable car aller contre serait anachronique
  • La livraison à vélo doit faire partie de la transformation de la ville
  • Les bus seront aménagés de manière à pouvoir y transporter des vélos. Le Fébus est à ce titre, pour la tête de liste Pau arc en ciel, un échec alors que c’est un équipement neuf.

M. Bertonazzi (représentant M. Bayrou) 🔗︎

M. Bertonazzi a survolé les enjeux et les engagements pour les mobilités actives dans les grandes lignes, en donnant peu de détails sur chacun des projets (réseau cyclable et plan de circulation envisagé…), précisant que le travail municipal est un travail d’équipe où le sujet vélo n’est pas isolé.

M. Bertonazzi reconnait qu’une ville apaisée est nécessaire et que celle-ci doit se construire sur un système de mobilité associant les vélos, les piétons et le covoiturage. Pau à vélo ne saisit pas très bien ce que le covoiturage peut apporter comme solution au centre ville, lieu où la voiture, sous quelque forme que ce soit ne doit plus avoir sa place !

Il est regrettable que M Bertonazzi achève son intervention en reconnaissant que Pau a besoin de plus d’infrastructures avec une « identification forte », comme c’est le cas pour le double sens cyclable de la rue Carnot, et précise que la création d’autres infrastructures de ce type viendrait dans le futur.

Pourquoi alors ne pas avoir profité des 6 ans qui viennent de s’écouler pour réaliser ces travaux de création d’itinéraires cyclables sécurisés, notamment sur les rues refaites à neuf ?

M. Marbot 🔗︎

Les mobilités sont un enjeu de premier ordre dans la réduction de la pollution et c’est la raison pour laquelle M. Marbot est convaincu que les villes doivent se jeter dans la transition. Il fait d’ailleurs partie des 100 signataires d’un manifeste pour la création d’une COP26 des territoires car devant l’inaction des états, ce sont les structures locales qui doivent prendre en main la transition et se fixer elles mêmes leurs propres ambitions.

M. Marbot souhaite s’engager dans cette transition en mettant en œuvre d’avantage de sensibilisation et de pédagogie afin de « rendre le vélo plus cool ». Il souhaite éviter les discours anxiogènes et accompagner les individus et les entreprises par l’incitation et non par la contrainte.

Par ailleurs, tout en reconnaissant la somme de travail réalisée par l’association, M Marbot souhaite que les futurs aménagements de la ville s’inscrivent dans le cadre d’une démocratie participative et soient ainsi pensés et décidés par les élus, les citoyens et les agents municipaux.

Parmi les propositions de Pau à Vélo, M. Marbot s’est dit favorable au développement des quartiers ilots afin de réduire les nuisances dues au trafic de transit.

Enfin la liste Pau rassemblé semble prête à assumer les engagements suivants :

  • Une baisse de l’abonnement longue durée VAE idelis
  • Le doublement de la flotte de VAE en location
  • Une sécurisation des voies cyclables
  • Le développement d’un réseau express vélo
  • Un accès progressif à la gratuité des transports en commun

Suite aux questions du public, M. Marbot a apporté les précisions suivantes :

  • Les ronds-points palois sont, dans la plupart des cas, situés dans des environnements où il est possible de créer une voie vélo contournant entièrement ceux-ci. Le cas échéant, M. Marbot se dit prêt à supprimer une voie auto, si le rond-point en comporte deux, afin de libérer de la place pour une voie cyclable réellement sécurisée. Cela fait partie des infrastructures qui verront le jour avec les changements de mentalité.
  • Le cours Bosquet sera la porte d’entrée du centre-ville

crédit photo : journal “la république des pyrénées”, sur cet article