par Sébastien Lamy
publié le

Municipales à Billère - Analyse des réponses des candidats

Nous traitons ici les sujets qui font la différence entre les candidats ayant répondu à notre questionnaire. Vous pouvez consulter les réponses intégrales des candidats, ainsi que notre manifeste pour cette ville sur la page dédiée à Billère sur le site “Parlons Vélo”.

Rencontre préalable et rédaction des réponses 🔗︎

Les deux candidats ont pris le temps de nous recevoir pour écouter notre projet, et de répondre avec sérieux à notre questionnaire, nous les en remercions.

Quantité d’engagement 🔗︎

M. Ribette se démarque très positivement sur ce point, en ne refusant de s’engager que sur le stationnement payant et sur le vélobus tant que les infrastructures sécurisées ne sont pas faites. Assez peu de réserve sont faites dans les commentaires, et M. Ribette se montre plus disposé à allouer du budget aux mobilités actives.

Budget, pistes sécurisées et franchissement des coupures 🔗︎

Ces volets très importants distinguent les deux réponses. M. Ribette affiche une forte volonté politique en s’engageant, mais en posant un bémol sur les délais pour la réalisation des pistes. Il ouvre les portes du budget à 15€/an à partir de 2022. Pour la liaison haut-bas efficace, M. Ribette propose une navette type coxitis.

M. Lalanne, en se voulant sans doute plus “réaliste” sur les budgets, les contraintes foncières, les compétences, limite assez drastiquement ses ambitions sur les mobilités actives : * Il ne s’engage pas sur le budget * Sur la sécurisation des axes, l’engagement n’est pas pris par M. Lalanne mais une liste de voies ou de tronçons plus restreintes est fourni, ce qui nous pose la question de la continuité. * Sur la suppression des “coupures urbaines” (voie ferré, rocade, dénivelé), l’engagement n’est pas pris non plus. Une liaison haut-bas efficace pour les modes actifs (particulièrement piétons) semble inenvisageable. En dehors des coûts, la raison évoquée lors de notre rencontre est qu’il existe déjà une navette réservée à certains publics particuliers. Cependant nous déplorons l’abscence de solution tout public. Les contraintes budgétaires sont l’occasion de refuser de s’engager également sur les autres coupures.

Nous signalons aux deux candidats que l’état et l’Europe peuvent être des partenaires pour les projets de liaison ayant une certaine ampleur.

Plan de circulation 🔗︎

Sans budget, il est toujours possible de changer les règles de circulation. Mais là encore, M. Lalanne est à la traine de son concurrent sur les engagements, que ce soit sur la généralisation de la vitesse à 30km/h en dehors des grands axes, la création d’une zone piétonne autour de la place François Mittérand.

En revanche, M. Lalanne semble disposé à impulser un vrai changement des usages autour des écoles en s’engageant sans restrictions à y limiter la circulation aux heures d’entrées/sortie, couplé à un ramassage vélo. Sur ce point M. Ribette est plus frileux, s’inquiète de difficultés techniques pour certaines écoles. Il s’engage sur le pédibus, mais reporte le vélobus au moment où les infrastructures assureront effectivement la sécurité.

Incitation 🔗︎

Aider à l’achat de vélo, valoriser le vélo par des compteurs publics, offrir une indemnité aux employés municipaux qui viennent au travail à vélo, autant de sujet ou M. Ribette se montre moins frileux que M. Lalanne. Pour le maire sortant, l’obsession du budget poussé jusqu’au compteur public de passage vélo et le rejet des responsabilités sur le gouvernement pour le forfait mobilité durable nous questionne, quand de l’autre côté M. Lalanne renonce (comme son concurrent) à la ressource que pourrait représenter l’instauration de parking payant pour les voitures.