par Hervé Laurent
publié le

Municipales à Lons - Analyse des réponses des candidats

Nous traitons ici les sujets qui font la différence entre les candidats ayant répondu à notre questionnaire. Vous pouvez consulter les réponses intégrales des candidats, ainsi que notre manifeste pour cette ville sur la page dédiée à Lons sur le site “Parlons Vélo”.

Seul le candidat Eric Bourdet a répondu à notre enquête en ne rejetant que 3 de nos 36 propositions. Nicolas Patriarche, Maire sortant, n’a pas répondu à nos sollicitations malgré plusieurs relances. Nous ne nous baserons donc pour cette analyse que sur les engagements de M. Bourdet et les actions menées par l’élu sortant pendant le mandat écoulé, voire le précédent, vu qu’il était déjà adjoint au Maire.

Les rares actions rejetées par M. Bourdet sont surprenantes, puisqu’il s’agit soit d’obligations légales (ou sur le point de le devenir), telles l’interdiction de stationnement motorisé à moins de 5 mètres des passages piétons, ou d’action peu contraignante, pour ce qui concerne l’éventualité d’équiper les services municipaux de deux-roues pour remplir certaines missions. Son exemplarité compense, puisqu’il effectue déjà l’essentiel de ses déplacements à vélo, et continuera certainement de le faire s’il est élu, comme son affiche de campagne le laisse penser.

Eric Bourdet s’engage à investir 10€/an/habitant dès la première année pour mettre en place un plan vélo (un minimum d’après ce qui est observé ailleurs) et ira plus loin les années suivantes. Comme il nous l’a confié lors d’une rencontre, il est conscient du besoin de former les services sur les nouvelles obligations et recommandations d’aménagements favorables au vélo et autres modes actifs, et compte pour cela s’appuyer sur les associatifs et experts dans le domaine.

Pour bâtir un réseau cyclable cohérent, sûr et continu, M. Bourdet indique vouloir œuvrer avec les associations et les citoyens, et avec les autres collectivités (communauté d’agglomération, département, communes limitrophes). Une concertation sera également nécessaire pour le jalonné les itinéraires cyclables entre les différents pôles d’attractivité. Un panel d’action qui n’a aucunement été observé pendant le mandat du Maire sortant, vue la vacuité du réseau cyclable lonsois. Il suffit de visiter la carte Cyclabilité mise à disposition sur notre site internet pour se rendre compte de l’absence presque totale d’aménagement cyclable sécurisé sur le territoire de Lons. Il serait néanmoins trop sévère d’écarter la pose d’un revêtement confortable sur quelques tronçons de la voie Nord-Sud Paris-Madrid, et la qualité de l’aménagement réalisé en voie verte le long du Cami Salié. Mais ces quelques centaines de mètres de voie sécurisée sont bien peu de choses sur un si grand territoire où il y a tant à faire pour voir évoluer les mobilités.

M. Bourdet s’engage sur un apaisement drastique du centre-bourg et des quartiers résidentiels, dont les rues seraient transformées en impasses débouchantes, tel que proposé dans notre manifeste sur la plateforme Parlons-Vélo. Mais le manque de commentaire sur ce sujet peut nous faire douter sur sa compréhension de l’ampleur des mutations à réaliser et des impacts générés sur les habitudes de déplacement et notamment sur le trafic de transit dans le centre-bourg. S’il est élu, nous ne manquerons pas de lui rappeler cet engagement, et nous l’accompagnerons dans cette démarche.

Un cabinet spécialisé a étudié depuis 2017 la redynamisation du centre-bourg et un diagnostic a été réalisé auprès des habitants par l’équipe actuelle. Sans réponse de M. Patriarche, nous ne pouvons juger des conclusions de cette étude et des actions qui en découleront de sa part s’il était réélu.

Preuve de sa pratique personnelle et de sa connaissance des aménagements communaux actuels, M. Bourdet a compté seulement 5 arceaux de stationnement vélo sur le territoire lonsois. Ce que confirment nos observateurs sur le terrain. Il y a donc un énorme travail à réaliser pour attirer les habitants de Lons et des communes voisines à se rendre à vélo sur les pôles d’attractivité de Lons. La pose de points d’attache sécurisés est un maillon essentiel qui permettra de développer l’usage du vélo et profitera aux personnes qui fréquentent (ou fréquenteront) les écoles, commerces et entreprises de la commune, bien plus qu’actuellement.

M. Bourdet s’engage à être moteur sur la mise en place d’une aide à l’achat de matériel. Dispositif qui complèterait à merveille la location longue durée de Vélos à Assistance Electrique sur laquelle son prédécesseur a œuvré au sein de Pau Béarn Mobilités.

L’organisation d’une Journée sans voiture et d’une Fête du Vélo est dans les projets d’Eric Bourdet, qui conclut sa réponse par ces mots : « Nous avons du travail pour changer les mentalités, les habitudes, mais je suis déjà dans la démarche. Je suis déjà un “vélotafeur”. »

Alors que la seule occasion de voir M. Patriarche se déplacer autrement qu’avec un gros moteur sous le capot a été l’inauguration du service de location de VAE, dont le nombre actuel ne suffit pas à combler la demande (400 personnes sur liste d’attente), preuve que l’appétence pour le vélo est bien présente, et qu’il faut désormais accompagner l’émergence d’un « système vélo » sur toutes ces autres composantes.

Les électeurs décideront du candidat qui leur semble le plus apte pour se lancer dans cette vaste opération. Rappelons la note obtenue par Lons au Baromètre Cyclabilité de la FUB : F – « Commune défavorable au vélo », pire note de l’agglomération. C’est dire l’ampleur du chantier…