par Nicolas Argaud
publié le

Les oubliés de l'ÉSAD

En octobre 2019, une habitante puis l’un de nos adhérents interpellaient notre association sur le manque de stationnement vélo pour se rendre au musée des Beaux-Arts ou à l’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD). Sur place, les quelques étudiants ou professeurs que j’ai rencontrés confirment que rien n’a été prévu pour les vélos.

À l’heure de la transition écologique, cet oubli est insupportable. Comment peut-on oublier le stationnement vélo d’une école:

  • toute neuve
  • qui compte environ 200 étudiants
  • étudiants formant une population généralement moins fortunée et plus encline à se déplacer à vélo
  • en plein centre-ville…
  • … d’une ville qui vise une part modale du vélo de 10% en 20301?

Pour les usagers de cette école, il est question ici de stationner son vélo de jour pour une longue durée, ce qui nécessite un enclos ou un local fermé et une couverture contre les intempéries. Trois éléments rendent incompréhensible qu’un tel équipement n’ait pas été installé.

1. Pau sait le faire 🔗︎

Tout d’abord, le besoin de garer son vélo au sec n’est pas une idée inconnue à Pau. De nombreux bâtiments gérés par la ville ou l’agglo disposent d’un abri vélo : la mairie de Pau, le bâtiment Le Piano, le Centre Technique Municipal, la Bibliothèque Patrimoniale, la médiathèque André Labarrère, le Conservatoire, la piscine Péguilhan. Aussi pourquoi l’ÉSAD n’aurait-elle pas droit à son abri vélo ?

2. Abris vélos dans les écoles primaires 🔗︎

Ensuite, la municipalité actuelle est parfaitement convaincue, sinon de la nécessité, au moins du confort d’un abri vélo, puisque aux élections municipales de 2020 le candidat Bayrou annonçait L’équipement de toutes les écoles publiques du 1er degré d’un parking vélos et trottinettes couvert.

Pourquoi cette conviction ne s’est-elle pas étendue à l’ÉSAD ? Un étudiant de 20 ans en arts vaut-il moins qu’un écolier de 9 ans en CM1 ?

3. Alvéole 🔗︎

Enfin, la période actuelle est particulièrement favorable à l’installation de stationnement vélo couvert puisqu’il existe le programme national Alvéole qui finance les abris vélo à hauteur de 60 %. La ville de Pau a connaissance de ce programme de subventions, qui devait initialement prendre fin en mai 2021 mais qui a été prolongé jusqu’en novembre 2021.

Historique des échanges 🔗︎

  • 27/11/2019 : nous contactons l’ÉSAD par mail pour une prise d’informations. Réponse : c’est avec les services de la ville qu’il faut traiter.
  • 13/01/2020 : de bonne volonté mais sans aucune concertation, l’agglo nous annonce par mail la pose de 12 arceaux (erreur : 6 arceaux sur le plan joint) dans la rue Lalanne dès le lendemain.
  • 14/01/2020 : heureusement ce jour-là nous avions une réunion avec les services de la ville. Nous pointons le nombre trop restreint de 6 arceaux - qui finalement n’ont pas été posés - et insistons pour du stationnement couvert financé par le programme Alvéole.
  • 16/06/2020 : nous envoyons un mail de relance aux services de la ville. Nous ne recevrons aucune réponse.
  • 27/04/2021 : questionnés en réunion, les services de la ville nous répondent que toujours rien n’a été décidé concernant un abri vélo à l’ÉSAD.

En ce mois de mai 2021 cependant, des arceaux ont été installés mais non abrités et dans la rue. S’ils conviendront aux quidams le temps d’une visite au musée, ils ne constituent pas en revanche une solution pérenne pour les étudiants, les enseignants et le personnel de l’ÉSAD. Pourquoi la ville de Pau fait-elle la sourde oreille à nos préconisations?

Sur place, ces arceaux dans la rue semblent boudés par les étudiants et les vélos continuent d’être attachés tant bien que mal dans l’enceinte de l’école…


  1. PDU – B.3.Plan-d-actions-1.pdf – p.19 ↩︎